Le handicap et la langue anglaise ont un destin et des intérêts communs, dans la mesure où la France est le premier pays de destination du tourisme international, que l’on compte selon l’OMS un milliard de personnes en situation de handicap dans le monde, et que l’anglais est la première langue parlée, le français n’arrivant qu’en cinquième position selon le Word Economic Forum.

D’autant que l’organisation mondiale du Tourisme (OMT) informe que l’expansion générale du tourisme dans les pays industrialisés et développés présente des avantages économiques et crée des emplois dans de nombreux secteurs qui y sont liés

En 2020, on comptera 1,5 milliard de touristes dans le monde. Le volume d’affaires du secteur touristique égale, voire dépasse celui des industries pétrolière, agroalimentaire ou automobile.

Certains secteurs d’activités tels que l’Hôtellerie de Luxe recoivent des clients venus du monde entier, certains d’entre eux en situation de handicap visible ou invisible. Les personnels des établissements hôteliers qui les accueillent se doivent d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais, mais également une bonne connaissance du handicap, afin de les accueillir, de communiquer et d’interagir avec eux en termes de qualité de services rendus.

Sachant que, depuis 2010, pour l’obtention de la catégorie Palace les nouvelles normes intègrent des critères liés au service – pratique des langues étrangères, qualité de service lors de la réservation, accueil, services annexes – et à l’accessibilité/développement durable, soit l’accueil des personnes en situation de handicap, et les bonnes pratiques environnementales.

En outre, depuis le 1er janvier 2015, la réglementation impose de prendre en compte tous les types de handicap, dont les aménagements nécessaires aux personnes handicapées moteur en fauteuil roulant – ascenseurs, dimensions des chambres adaptées notamment.

RSE

Toutes les activités et secteurs liés à l’industrie touristique internationale se trouvent d’une manière ou d’une autre impactés par la nécessité de professionnaliser l’accueil des personnes en situation de handicap, avec à la clef la perspective de retour sur investissement en bénéficiant d’avantages concurrentiels importants.

Par ailleurs, beaucoup d’entreprises ou d’institutions scientifiques françaises comptent parmi leurs salariés, collaborateurs, stagiaires, étudiants en alternance, doctorants ou post doctorants, des ressortissants étrangers s’exprimant principalement en anglais, et, pour certains, en situation de handicap.

Dans certaines multinationales françaises, où la pratique de la langue anglaise occupe une place prépondérante, notamment au sein des équipes projets, on compte plus de 50 nationalités différentes.

Adhere-RH met en ligne le Lexique bilingue français-anglais des Personnes Handicapées (Glossary of terms pertaining to disabled persons) publié en 2001 par le gouvernement du Canada, afin de permettre aux professionnels des ressources humaines et des missions handicap, ainsi qu’à leurs salariés et collaborateurs, d’optimiser leur communication, et d’interagir avec des clients internes ou externes en situation de handicap parlant anglais.

Le Cabinet utilise – parmi d’autres outils – ce lexique dans ses interventions en adaptant son approche à la réalité du terrain et à chacune des spécificités du handicap – incapacité motrice, incapacité visuelle, incapacité auditive, incapacité intellectuelle, incapacité psychique ou mentale, maladies invalidantes.