Le Cabinet Adhere-RH a conçu un plan de relance managérial, social, organisationnel, visant à accompagner les entreprises dans la transition de l’après crise Covid-19, car leur capacité de résilience va être mise à rude épreuve.

Il ne fait pas de doute que les conséquences sociales, économiques et psycho-sociologiques de la pandémie du Coronavirus Covid-19 vont conduire un grand nombre d’entreprises à réfléchir davantage aux risques qu’elles encourent, et à tout mettre en œuvre afin de renforcer leur résilience.

Si la résilience individuelle et collective a été mise à rude épreuve durant la période de confinement, elle le sera tout autant à la reprise des activités, quoique dans un autre registre.

La capacité de résilience de l’entreprise est stratégique, pour la mettre en œuvre elle doit élaborer un plan d’actions et de continuité d’activité.

Plan d’accompagnement

Ce plan de relance des entreprises est constitué de trois thématiques indépendantes et complémentaires à la fois, couvrant des problématiques transversales  : Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) – Gestion des Risques – Résilience.

Il s’articule selon plusieurs modalités d’intervention : Atelier – Coaching – Conférence – Séminaire, et en direction de trois types de population : Dirigeants – Managers – Salariés.

 –  Résilience et Responsabilité Sociétale (RSE)

– Déconfinement et Organisation du Travail

 – De la Résilience Individuelle à la Résilience Organisationnelle

Résilience

Les entreprises qui, avant la crise du coronavirus, portaient une forte attention au dialogue et climat social, aux conditions de travail, au sens du travail, à la reconnaissance du travail, ou au management bienveillant, centrée sur les valeurs et principes de la Responsabilité Sociétale (RSE), sont celles qui ont pu agir rapidement, efficacement, et de manière organisée.

« La résilience organisationnelle est la capacité d’une organisation à résister, absorber, récupérer et s’adapter aux perturbations impactant son activité dans un environnement en constante évolution et de plus en plus complexe pour lui permettre de réaliser ses objectifs, de rebondir et de prospérer » (Norme ISO 22316:2017).

Les risques psychosociaux, qu’il s’agisse de la fatigue liée au confinement, de la situation de détresse psychologique, ou du sentiment de confusion entre vie privée et vie professionnelle des managers et salariés, devront faire l’objet d’un traitement particulier.

Il incombe au dirigeant et au management de répondre aux problématiques de situation de crise, dans laquelle la santé et le bien-être de ses salariés, et le fonctionnement des activités de l’entreprise, pourraient être mis en danger.

Sachant que les risques psycho-sociaux concernent aussi les chefs d’entreprise, notamment des TPE et PME. Selon une étude de la CGPME et de l’ARACT en 2011, 79% des chefs d ‘entreprise de TPE et de PME souffrent du stress et de ses conséquences, et 38 % de burn-out.

La volonté et la capacité d’une entreprise à maintenir ou retrouver le plus vite possible un niveau acceptable de fonctionnement, reposent sur la prise de conscience individuelle et collective de l’existence d’une communauté de destin dans l’adversité.

Bonnes questions

Pour qu’une nouvelle dynamique s’enclenche, et que le redémarrage des activités soit couronné de succès, encore faut-il que l’entreprise et son dirigeant soient en mesure de se poser les bonnes questions, parmi lesquelles :

– Quels enjeux et rôles du dirigeant et du management lors de la reprise des activités ?
– Quelles priorités économiques et organisationnelles après le confinement ?
– Comment bâtir une stratégie de résilience ?
– Quels impacts humains de l’après-confinement ?
– Quels enjeux de gestion des ressources humaines après le confinement ?
– Comment négocier la transition organisationnelle de l’après-confinement ?
– Comment conduire le changement organisationnel en situation de résilience ?

Résilience

L’équipe en charge du pilotage du dispositif.

Sachant que si l’incertitude relative à une crise peut être réduite, elle ne peut être éliminée.

Les réponses du dirigeant et des managers doivent être évolutives, et adaptables à chaque situation.

La volonté et la capacité d’une entreprise à maintenir ou retrouver le plus vite possible un niveau acceptable de fonctionnement, reposent sur la prise de conscience individuelle et collective de l’existence d’une communauté de destin face à l’adversité.

L’un des défis majeurs du déconfinement sera l’aptitude de l’entreprise à gérer le capital humain.

Information : contact@adhere-rh.com – 01 60 92 42 01